Cardiologue dénonce échec du système de santé au-del...

Cardiologue dénonce échec du système de santé au-delà de Pfizer Cardiologue dénonce échec du système de santé au-delà de Pfizer
1 month 392 Views
Category:
Description:

Cardiologue britannique, deux fois vacciné, parle de la plus grande erreur de la science médicale de notre époque. Les vrais scandales étant dans le système avec l'échec des régulateurs face à l'industrie, des médecins complices et l'absence de responsabilité et de sanctions pénales.

Transcription de la traduction française de l'anglais

Laura Ingraham, Show Host: Un cardiologue britannique, qui dit avoir été l'un des premiers à recevoir le vaccin Pfizer, Il s'est fait doublement piquer. Dr. Malhotra. Content de vous voir ce soir. Votre réaction à ce que le PDG de Pfizer n'a pas voulu répondre. C’était en fait une conversation à sens unique avec les reporters rebelles.

Dr. Aseem Malhotra, Cardiologist: Bonsoir, Laura. Avant d'en discuter, je pense que nous devons nous demander pourquoi nous nous posons cette question. Vous savez, vous y avez fait allusion au début. Nous à avons faire à l'une des interventions pharmacologiques les moins efficaces et présentant le pire profil de sécurité, qui est devenue la plus rentable de l'histoire de la médecine. Et cela résume vraiment une défaillance d'un système qui explique pourquoi nous en sommes arrivés là. Je l'ai déjà décrit comme étant probablement la plus grande erreur de la science médicale à laquelle nous ayons assisté de notre epoche. Et la raison pour tout cela et que nous avons été convaincus par cette idée, J'ai reçu deux doses. Vous avez dit à juste titre que j'ai reçu les deux doses du vaccin Pfizer très tôt, le 20 janvier 2021, et que j'ai même participé à l'émission "Good Morning Britain" pour essayer de lutter contre l'hésitation à se faire vacciner parce que, vous savez, en médecine, les vaccins sont synonymes de sécurité et d'efficacité. Nous pensions tous qu'il serait aussi efficace que les autres vaccins que nous avons utilisés. Et finalement, lorsque nous avons commencé à le déployer très rapidement, nous avons découvert qu'il n'arrêtait pas la transmission. Ça n'a pas vraiment eu d'effet sur l'arrêt de l'infection. Et en termes d'efficacité, ma propre analyse a montré que, certainement pendant la vague Delta, il faut vacciner des centaines, voire des milliers de personnes en fonction de l'âge pour éviter un décès dû au COVID dans le meilleur des cas. Mais ce qui est le plus inquiétant dans tout cela, Laura, l'aspect le plus flagrant de  tout cela, c'est le profil de sécurité. La réanalyse des essais de Pfizer et Moderna, publiée dans la revue Vaccine, a révélé que le taux d'événements indésirables graves - hospitalisation, invalidité, changement de vie - était d'au moins un sur 800, ce qui a été reproduit dans le monde réel. La Norvège a donné un chiffre d'environ un sur 926, ce qui est probablement une fois de plus une sous-estimation car il s'agit des premiers mois après le vaccin. Et nous avons maintenant des données qui montrent qu'il est très probable que plusieurs mois après le vaccin, l'injection d'ARNm provoque des crises cardiaques et des arrêts cardiaques. Mon propre père est mort six mois après la deuxième piqûre, et lorsque j'ai écrit à ce sujet dans une revue à comité de lecture, mon article a été accepté. Il y avait une possibilité probable ici. Nous avons donc affaire à quelque chose de vraiment extraordinaire. Et la question est, est-ce que Pfizer... est-ce qu'Albert Bourla, le savait ? Bien. Et je trouve très difficile de croire, étant donné cette réanalyse indépendante, qu'ils ne le savaient pas. Maintenant, même s'ils le savaient. Ce que nous savons historiquement, Laura, c'est que nous devons accepter cela et le comprendre à la racine. Vous savez, ces sociétés de médicaments, les sociétés pharmaceutiques, ont l'obligation légale de produire des bénéfices pour leurs actionnaires. Ils n'ont pas l'obligation légale de vous donner le meilleur traitement. Et les vrais scandales sont que les régulateurs ne parviennent pas à empêcher les comportements répréhensibles de l'industrie et que les médecins, les institutions académiques et les revues médicales sont de connivence avec l'industrie pour des gains financiers. Si vous regardez, depuis que ces soi-disant crimes ont été commis, rien n'a changé dans le système juridique pour empêcher que cela ne se reproduise. Bon nombre de ces entreprises finissent par tirer plus de bénéfices de la commercialisation et de la vente de ces médicaments frauduleux qu'elles n'en ont tiré des amendes. Personne n'a été viré. Personne n'a perdu son emploi. Et Peter Doshi, l'un des cofondateurs de la Collaboration Cochrane, le BMJ, a écrit il n'y a pas si longtemps : "Nous devons créer un système dans lequel les amendes doivent être si élevées que ces entreprises risquent de faire faillite et que les cadres supérieurs pourraient être condamnés à des peines de prison s'ils sont reconnus [coupables] de ces crimes.  

Laura Ingraham, Show Host: Dr. Malhotra, laissez-moi intervenir. Je pense que vous avez mis le doigt sur la main. Nous devons rouler, malheureusement. Je pense que ça doit être bien plus que de l'argent, parce qu'ils ont une tonne d'argent. Je pense qu'il doit y avoir une responsabilité pénale à un moment donné. Si vous saviez que la soi-disant intervention médicale que votre entreprise préconise va causer du tort aux gens ou pourrait causer du tort à un nombre significatif de personnes sans aucun avantage mesurable. C'est le vrai probleme et il faut faire face a ca. Et vous avez eu beaucoup de courage pour vous exprimer à ce sujet. Résumez très rapidement, très rapidement.

Dr. Aseem Malhotra, Cardiologist: Une chose qu'il ne faut pas oublier, c'est qu'il y a beaucoup de personnes blessées par les vaccins. Je dois aussi m'occuper d'eux et les gérer. Et je pense que l'une des choses que le PDG de Pfizer peut faire maintenant, c'est de dire que nous allons donner une part considérable de nos bénéfices pour aider à traiter les personnes blessées par les vaccins et faire des recherches sur les blessures dues aux vaccins.

Laura Ingraham, Show Host: C'est un excellent point, car je connais  personnellement beaucoup de personnes qui  souffrent des rappels ou des injections multiples. Dr. Malhotra, merci de prendre la parole.